Nausicaa (épisode 9)

 

 

Nausicaa (épisode 9) hubble_ring_neb-lg

Nébuleuse de l'Anneau (image Hubble)

 

La force de marée du Styx écartèle le navigateur. Ses os ne sont plus qu’une souffrance. Son esprit presque évanoui ressent qu’ils se brisent, ou plutôt qu’ils s’écrasent en milliers d’esquilles pour s’étirer, s’étirer encore. Sur l’écran de l’Eole, un gigantesque cercle noir masque le milieu du ciel, dont les bords s’engrossent dans le même temps d’une infinité d’étoiles allongées.

Pris dans sa sidération, Ulysse oublie d’effectuer son troisième freinage, et l’Eole descend plus profondément en spirales vertigineuses, avant que l’attraction ne devienne trop forte et ne brise net l’orbite du vaisseau, qui chute alors en ligne droite, tout en se vrillant sur lui-même dans une gerbe de gaz qui ne lui fait curieusement pas un sillage, mais retombe en pluie de filaments irréels vers la proue, vers la singularité.

Sa conscience qui s’éteint saisit une brève seconde le voile lumineux de la galaxie, qui s’échappe et tourne de plus en plus vite autour du disque sombre, ombre de plus en plus vaste, jusqu’à la nuit.

 

 

« Je suis resté sept ans prisonnier de cette île. La huitième année, Calypso m’a dit de préparer mon départ. Soit que Zeus le lui ait ordonné, soit qu’elle-même ait changé d’avis, elle m’a renvoyé sur un radeau, après m’avoir fait de nombreux présents. Elle m’a aussi donné du pain et du vin délicieux, et de nouveaux vêtements. Puis, elle a fait souffler un vent doux et propice.

 Pendant dix-sept jours, j’ai navigué; et le dix-huitième, votre pays m’est apparu. J’étais transporté de joie en voyant ces montagnes, ces forêts …

Mais mes malheurs n’étaient pas terminés ! Poséidon a alors déchaîné les vents pour me fermer le passage, défigurant la mer. La fureur des vagues m’a fait chavirer; et bientôt, malgré mes suppliques, mon radeau a été brisé par la tempête.

 J’ai alors nagé, jusqu’à l’épuisement, et les flots m’ont laissé sur ce rivage. »

 

 

 

 

La nuit. Puis l’aube, enfin, et le ressac d’un univers nouveau.

Je t’ai rêvée nue dans cet outremonde, ton sourire de nacre et ta chair blonde.Cette lueur bleue qui m’inonde lorsque tu me regardes.

Je n’ai cherché que toi.

Je n’ai craint que ton absence.

 

 

 

ulysse_iversen
Ulysse et Nausicaa (Iversen, 1918)

 

 

Son corps gisait, immobile, abandonné par la Méditerranée au milieu de la plage. Une mince pellicule de sel affadissait à peine l’ambre inhabituel de sa peau. Une large et pâle cicatrice écorchait son côté droit.

Les phéaciennes qui le trouvèrent là s’amusèrent un instant de sa nudité. Ce doit être un voyageur, ou un guerrier murmura l’une d’elles, ils sont parfois si … sauvages.

 

Nausicaa, jusque là restée à l’écart, s’approcha.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 commentaire à “Nausicaa (épisode 9)”


  1. 0 Isabell@ 29 août 2012 à 13:17

    dernier épisode…

    (snif)

Laisser un commentaire



Le Royaume de Tantikril |
Missives de mon coeur |
J'ai lu avec Elle |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Kiocasino
| le rêve éveillé
| Editho